Découvrir Saint Laurent

L’histoire de nos vignes

C’est l’arrivée du chemin de fer après 1850 qui accéléra le commerce du vin et de l’alcool et permettra l’épanouissement de grandes propriétés viticoles. Entre 1852 et 1878, la surface viticole double dans l’arrondissement de Narbonne. Les grandes crises qui ont marqué le XX° siècle n’ont pas diminué le vignoble des Corbières, les propriétés ont changé de forme. Ce sont souvent des ouvriers qui ont repris des vignes morcelées, la coopération permettant la mise en commun des outils de production et de commercialisation. L’histoire viticole s’est construite avec une succession de réglementations, de réformes, d’ordres et contrordres pour la profession. La fin du XX° siècle se distingue par la mise en place d’une politique de qualité, tant dans les caves particulières que dans le système coopératif.

Notre appellation

L'origine du nom Boutenac

La division de l’appellation Corbières en onze terroirs a repris les noms des principales communes pour les désigner. Boutenac est un nom prédestiné selon l’archiviste Jules Doinel qui estimait que la racine des noms en BOT indique “ un terroir, une circonscription agraire et domaniale ”. Les premières apparitions du nom de Boutenac se situeraient en 846 sous le terme de Villa Boltennago (ADA, H 65), une villa dans laquelle l’abbaye de Lagrasse possédait des droits.

En 1133, le nom évolue en Bottenacum (H.L.,V,inscript N°38) pour devenir Castrum de Botenacho d’Amont en 1271, puis, au XIVe siècle, le village sera finalement renommé castrum de Botenacho d’Aval. Ensuite, en 1538, celui-ci sera modifié pour devenir Bothenac en 1538 en référence au diocèse de Narbonne Botenac pour définitivement devenir Boutenac en 1781.

.

La Géologie

De l’ère secondaire au tertiaire, le couple sous-sol et sol détermine le développement de la vigne. Il doit permettre de la préserver du stress par manque d’eau comme de l’asphyxie par stagnation. Il doit avoir assez de “nourriture”, sans en avoir en excès. Les racines doivent pouvoir descendre, c’est pourquoi les vieilles vignes qui ont eu le temps de développer un enracinement profond, dans des sols de coteaux, ont souvent le meilleur potentiel vinicole.

Le climat est typiquement méditerranéen avec un été sec et chaud. L’altitude maximum du terroir est de 180 mètres. Les pluies sont rares mais abondantes voire orageuses et l’hiver est doux. Le vent dominant est le “Cers” venant du nord-est, il préserve le vignoble des maladies cryptogamiques (les pourritures). Le “Marin », quant à lui, porte avec lui les embruns de la mer : il apporte une humidité souvent indispensable en été.

Le terroir Boutenac

Il produit des vins, rouges, rosés et blancs, tous régulièrement reconnus et récompensés par la profession au travers des innombrables médailles reçues depuis des décennies. Les rouges grenat ou rubis soutenu, au nez marqué de fruits noirs, d’épices, de thym, de romarin, sont amples en bouche, avec une parfaite harmonie des saveurs. Les tanins sont soyeux et fondus. Frais en bouche, amples et longs, les blancs pâles aux reflets verts ou jaunes se distinguent par un nez floral d’une belle finesse et parfois par des notes vanillées et boisées. Les rosés floraux et fruités réalisent un bel équilibre en bouche, avec une grande persistance aromatique

Nos Cépages

X